Hypogammaglobulinémie Traitement Naturel

Par définition, l‘hypogammaglobulinémie désigne une anomalie du système immunitaire qui l’empêche de produire suffisamment d’anticorps ou d’immunoglobulines.

Or, ces anticorps sont des protéines qui aident le corps à reconnaître et à combattre les envahisseurs étrangers ou non-soi comme les bactéries, virus et champignons.

Vous l’avez sans doute compris, sans suffisamment d’anticorps, vous êtes plus apte à contracter des infections. Ainsi, ceux qui en souffrent peuvent facilement contracter une pneumonie, une méningite et d’autres infections contre lesquelles un système immunitaire sain les protégerait normalement.

Il faut savoir que ces infections peuvent endommager les organes et aussi entraîner des complications potentiellement graves.

N’hésitez pas à nous écrire ou appelez en CLIQUEZ ICI pour plus d’assistance.

Causes de l’hypogammaglobulinémie

Tout d’abord, il faut savoir que bon nombre de mutations génétiques ont été liées à l’hypogammaglobulinémie. L’une de ces mutations affecte un gène particulier qu’est le gène BTK.

En réalité, ce gène est nécessaire pour aider les cellules B à croître et à mûrir.  Quant à ces cellules, elles sont un type de cellule immunitaire qui fabrique des anticorps. Lorsqu’elles immatures, elles ne produisent pas suffisamment d’anticorps pour protéger le corps contre les infections.

Dans le cas des bébés, ils reçoivent des anticorps de leur maman via le placenta et ce pendant la grossesse. Ces anticorps les protègent des infections dès qu’ils sont du ventre de leur mère. C’est pourquoi les bébés qui naissent trop tôt ou prématurés sont plus susceptibles de développer des infections car ils ne reçoivent pas assez des anticorps de leur mère.

En dehors de ces conditions, d’autres sont transmis par les familles et commencent à la naissance. C’est d’ailleurs pourquoi on parle de déficits immunitaire primaires.

Ils incluent :

  • ataxie-télangiectasie ;
  • la gammaglobulinémie autosomique récessive ;
  • un déficit immunitaire commun variable ;
  • les syndromes hyper-IgM ;
  • déficit de la sous-classe IgG ;
  • déficits isolés en immunoglobulines non IgG ;
  • déficits immunitaire combiné sévère ;
  • déficit en anticorps spécifiques ;
  • le syndrome de Wiskott-Aldrich ;
  • la gammaglobulinémie liée à l’X

Par ailleurs, il faut aussi savoir que l’hypogammaglobulinémie peut se développer à cause d’une autre affection, appelée déficit immunitaire secondaire ou acquis. Il s’agit :

  • des cancers du sang (leucémie lymphoïde chronique, le lymphome ou le myélome) ;
  • VIH ;
  • du syndrome néphrotique ;
  • d’une mauvaise alimentation ;
  • de l’entéropathie exsudative de protéines ;
  • de la greffe d’organe ;
  • l’exposition à une radiation

De plus, certains médicaments peuvent également provoquer une hypogammaglobulinémie. On peut citer les médicaments :

  • supprimant le système immunitaire (corticostéroïdes) ;
  • de chimiothérapie ;
  • antiépileptiques

Symptômes de l’hypogammaglobulinémies

Ceux qui en souffrent contractent plus facilement et fréquemment des infections que d’habitude, dont certaines graves. Parmi, ces infections, on peut citer :

  • la bronchite ;
  • les infections de l’oreille ;
  • la méningite ;
  • pneumonie ;
  • les infections des sinus ou sinusite ;
  • infections de la peau

Les bébés qui en souffrent, contractent souvent des :

  • infections des voies respiratoires ;
  • allergies alimentaires ;
  • l’ eczéma ;
  • infections urinaires et intestinales.

Lorsqu’ils naissent avec le THI, ces bébés présentent 6 à 12 mois après la naissance, les premiers symptômes avec pour principal manifestations des infections fréquentes aux oreilles, sinus ainsi qu’aux poumons.

Quand bien même, les signes que vous ou votre enfant peuvent avoir dépendent des infections que vous contractez, ceux-ci peuvent inclure :

  • le fait de tousser ;
  • une gorge irritée ;
  • de la fièvre ;
  • une douleur à l’oreille ;
  • congestion ;
  • des douleurs des sinus ;
  • la diarrhée ;
  • des nausée et vomissements ;
  • crampes abdominales ;
  • douleur articulaire

N’hésitez pas à nous écrire ou appelez en CLIQUEZ ICI pour plus d’assistance.

Complications de l’hypogammaglobulinémies

Les éventuelles complications possibles sont facteurs de la cause de l’hypogammaglobulinémie ainsi que des types d’infections impliquées. Il peut s’agir :

  • des troubles auto-immuns tels que la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse ;
  • des dommages au cœur, aux poumons, au système nerveux ou au tube digestif ;
  • d’un risque accru de cancer ;
  • infections répétées ;
  • du ralentissement de la croissance chez les enfants

En effet, suivre un traitement pour les infections peut réduire le risque de ces complications.

Traitement naturel hypogammaglobulinémie

L’hypogammaglobulinémie est une anomalie du système immunitaire ; ce qu’il faut donc faire, c’est de booster votre système immunitaire afin de renforcer vos défenses.

1- Pensez à vous détoxifiez

Pour cela, il faut privilégier le foie en s’assurant de lui donner tout le soutien nécessaire pour qu’il puisse détoxifier au maximum le corps et donner carte blanche aux cellules immunitaires qui y vivent.

Comment faire ? Il faut se << ruer >> sur les brocolis, chou kale ainsi que les laitues car ils boostent le foie et les fonctions immunitaires en stimulant la capacité du foie à évacuer les toxines.

2- Le thym et du gingembre

Le gingembre :

  • réchaufferait le corps ;
  • participerait à lutter contre l’accumulation de toxines dans les organes tels que les poumons et sinus ;
  • contribuerait aussi à nettoyer le système lymphatique.

C’est donc un excellent moyen de baisser les risques d’infection. Il en est de même pour le thym.

Il faut en consommer deux fois par jour en tisane à raison  de 2 cuillères à café dans de l’eau chaude.

3- Faire le plein de zinc

En réalité, il est l’un des oligoéléments les plus puissants pour renforcer le système immunitaire. En dehors des huîtres, aliments le plus riche en zinc l’on peut se tourner vers :

  • les fromages comme le Maroilles ;
  • le pain de seigle ;
  • le Comté ou le bœuf braisé , en quantité raisonnable, bien sûr.

4- Les légumes et fruits bio

En vérité, une alimentation déficitaire de fruits et légumes frais peut entraîner une baisse en agents phytochimiques (les caroténoïdes ou flavonoïdes) qui sont très précieux pour renforcer l’organisme.

Que faire ? C’est simple! Vous devez consommer suffisamment les légumes comme :

  • épinards ;
  • brocoli ;
  • chou et le chou-fleur ;
  • champignons ;oignons ;
  • oranges ;

Vous pouvez aussi consommer le citron, les baies comme les groseilles ainsi que les cassis, qui contiennent 5 fois plus de vitamines C qu’une orange, afin de blinder votre système immunitaire.

5- L’avocat

Il faut savoir que les glandes surrénales sont principalement responsables de la gestion des situations de stress. Les booster permettrait donc d’équilibrer votre production d’hormones.

Mais en quoi faisant ? C’est simple! Il vous suffit de consommer des avocats pour faire le plein d’acides aminés et d’antioxydants.

6- Buvez du thé

En vérité, boire du thé noir permettrait de produire plus d’interférons, des protéines naturellement produites par les cellules du système immunitaire dans le sang que de boire juste de l’au chaude. Cela est du à l’acide aminé, la L-théine, abondante à la fois dans le thé vert, le thé matcha et dans le thé noir.

7- Faire l’amour

Ca peut paraitre bizarre mais avoir des relations sexuelles renforcerait le système immunitaire.

8- Dormir suffisamment

En réalité, c’est au cours de la phase de sommeil que le corps se prépare à affronter les agressions extérieures du lendemain. Ne pas dormir suffisamment :

  • active le facteur du stress ;
  • fait dégringoler les fonctions immunitaires ;
  • augmente les risques d’attraper des rhumes.

Il faut donc dormir suffisamment au moins 8 heures par nuit afin d’être plus résistant.

9- Les probiotiques

Ce sont des micro-organismes qui colonisent votre intestin, le système urinaire bas et voies respiratoires hautes. Aussi, ils fortifient les fonctions immunitaires.

Ils se retrouvent dans les yaourts, le kimchi ou encore la choucroute. De plus, faire régulièrement une cure de probiotiques pourrait réduire les risques d’infections.

10- Bougez-vous

Il faut savoir qu’en réalité, faire de l’exercice modérément et régulièrement renforcerait le système immunitaire de façon considérable. Cela permet aux cellules immunitaires de circuler plus rapidement à travers le corps ainsi que d’éradiquer plus facilement les virus et bactéries.

C’est donc une bonne raison de se lever du canapé pour faire une petite balade de 40 minutes ou une session de yoga.

En outre, vous avez aussi le traitement naturel pour booster votre système immunitaire naturellement

N’hésitez pas à nous écrire ou appelez en CLIQUEZ ICI pour plus d’assistance.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
physiotherapie
Open chat